petite-cuisine-lara-grand_5905858

Aménager une petite cuisine : les 10 erreurs à éviter

L’aménagement d’une petite cuisine s’apparente parfois à un parcours du combattant. Trois architectes se sont prêtés au jeu des 10 erreurs à éviter lorsqu’on aménage une petite cuisine : suivez le guide !

Une cuisine dans un mouchoir de poche n’est pas toujours facile à aménager. Electroménager inadapté, difficultés de circulation, mauvaise exploitation de l’espace… Trois architectes nous aiguillent sur les erreurs à éviter pour aménager sans se planter une petite cuisine.

>> A lire aussi >> 15 petites cuisines qui n’ont rien à envier aux grandes

Erreur n°1 : ne pas réfléchir son projet…

… Et se lancer directement pour acheter meubles et électroménager. “Plus la cuisine est petite, plus il convient de planifier son projet, avance Benjamin Godiniaux, architecte DESA, de l’Atelier d’Architecture Benjamin Godiniaux, notamment pour rationaliser au mieux chaque mètre carré. L’objectif de cette réflexion étant aussi d’arriver à utiliser en priorité des meubles standards moins coûteux que les éléments sur-mesure”.

Il faut aussi faire preuve d’un certain réalisme. Dans un petit espace, vous êtes amené à faire des choix, ce qui passe forcément par une analyse précise de vos besoins, rappelle Sara Camus Bouanha, architecte d’intérieur. “Il faut se poser les bonnes questions : un célibataire n’a peut-être pas besoin d’un lave-vaisselle. De même, une plaque deux feux, peut parfaitement suffire si vous ne cuisinez pas pour une famille”.

>> A lire aussi >> Plan d’une petite cuisine : nos 15 exemples à suivre

Dans cette petite cuisine, l'architecte Sara Camus Bouanha a installé une plaque deux feux, suffisante pour un célibataire ou un couple.

Dans cette petite cuisine, l’architecte Sara Camus Bouanha a installé une plaque deux feux, suffisante pour un célibataire ou un couple.

Sara Camus Bouanha

Erreur n°2 : privilégier l’électroménager au détriment des rangements

Attention à ne pas multiplier les appareils : pas besoin en effet de stocker dans une petite cuisine une machine qui ne sert que deux fois par an. il est préférable d’opter plutôt pour de l’électroménager que l’on utilise au quotidien. “Il ne faut pas prévoir trop d’électroménager ou des appareils trop encombrants au détriment des rangements pour les ustensiles de cuisine ou la nourriture, poursuit Benjamin Godiniaux. Si vous avez une fenêtre, vous pouvez vous passer d’une hotte, par exemple. Mais on oublie souvent de conserver suffisamment de placards pour stocker la nourriture.”

>> A lire aussi >> Cette petite cuisine ouverte ose la couleur !

Cette petite cuisine fait la part belle aux rangements et optimise la gestion de l'espace. Cuisine Benjamin Godiniaux.

Cette petite cuisine fait la part belle aux rangements et optimise la gestion de l’espace. Cuisine Benjamin Godiniaux.

Benjamin Godiniaux

Erreur n°3 : trop réduire l’espace de circulation…

… Et laisser moins de 60 cm devant le plan de travail, prévient Sara Camus Bouanha : “même si la cuisine est petite, il faut rationaliser et conserver au moins 80 cm devant le plan de travail, pour pouvoir circuler d’un côté à l’autre et cuisiner de façon confortable”. Pour ce faire, il peut être intéressant de s’adjoindre les conseils d’un architecte et de prévoir certains éléments sur mesure pour agencer l’espace au plus près. Autre conseil donné cette fois par Benjamin Godiniaux : “Pour des raisons de praticité, les placards hauts doivent être moins profonds que les éléments bas (autour de 38 cm) et surtout, il faut prévoir au moins 55 cm de crédence entre le plan de travail et le bas des placards hauts pour pouvoir facilement les ouvrir et se baisser”.

>> A lire aussi >> Aménager une petite cuisine : nos 10 conseils

Pour un confort d'utilisation, on doit pouvoir circuler d'un côté à l'autre de la cuisine. Il convient de laisser une distance d'au moins 80 cm. Malin : la table de cuisson posée sur le plan de travail est escamotable. On la range dès qu'on a fini de cuisiner, pour un plan de travail parfaitement dégagé. Aménagement Sara Camus Bouanha.

Pour un confort d’utilisation, on doit pouvoir circuler d’un côté à l’autre de la cuisine. Il convient de laisser une distance d’au moins 80 cm. Malin : la table de cuisson posée sur le plan de travail est escamotable. On la range dès qu’on a fini de cuisiner, pour un plan de travail parfaitement dégagé. Aménagement Sara Camus Bouanha.

Sara Camus Bouanha

Erreur n°4 : choisir de l’électroménager en pose libre…

… Serait une erreur. Dans une petite cuisine, l’électroménager intégrée est nettement préférable, selon Benjamin Godiniaux : “certes un peu plus cher, il est néanmoins plus compact et permet de gagner de la place”. C’est aussi une histoire de perspective, complète Lara Grand, architecte d’intérieur de la société Ever Invest : “En habillant les portes du lave-vaisselle ou du four d’un même revêtement, on crée une impression d’unité et on augmente l’impression d’espace”.

>> A lire aussi >> Comment agrandir une petite cuisine ?

Ici, tout est parfaitement intégré : le frigo trouve place sous la plaque de cuisson, le micro-ondes est au dessus dans un placard. De plus une seule et même finition agrandit l'espace. Aménagement Lara Grand.

Ici, tout est parfaitement intégré : le frigo trouve place sous la plaque de cuisson, le micro-ondes est au dessus dans un placard. De plus une seule et même finition agrandit l’espace. Aménagement Lara Grand.

Lara Grand

Erreur n°5 : préférer des colonnes de rangements fermées aux rangements hauts et bas

Elles sont encombrantes et même si elles permettent d’augmenter l’espace de stockage, elles restent inadaptées dans une petite cuisine, selon Benjamin Godiniaux : “Les colonnes de rangements fermées sont parfaites dans une grande cuisine, mais si l’on manque de place, rappelez-vous que les colonnes réduisent la surface de plan de travail. Ce qui n’est jamais bon : il faut pouvoir ranger mais aussi avoir de la place pour étaler ou cuisiner ses aliments”.

>> A lire aussi >> 6 plans astucieux pour une petite cuisine (moins de 6 m2)

Dans cette petite cuisine sous les toits, l'agencement est sur mesure. Le mix entre les éléments hauts et bas permet de dégager un plan de travail plus important. Cuisine Benjamin Godiniaux.

Dans cette petite cuisine sous les toits, l’agencement est sur mesure. Le mix entre les éléments hauts et bas permet de dégager un plan de travail plus important. Cuisine Benjamin Godiniaux.

Benjamin Godiniaux

Erreur n°6 : utiliser trop de surfaces mates

Mieux vaut au contraire miser sur les finitions laquées ou satinées qui vont accrocher la lumière et augmenter la sensation d’espace. Et Lara Grand précise : “non seulement les surfaces laquées apportent un gain de lumière mais elles créent un effet miroir, idéal dans une petite cuisine”.

>> A lire aussi >> Super kitchenette toute mimi

Cap sur la lumière avec les meubles blancs laqués et la crédence rouge satinée qui créent un bel effet miroir. Aménagement Lara Grand.

Cap sur la lumière avec les meubles blancs laqués et la crédence rouge satinée qui créent un bel effet miroir. Aménagement Lara Grand.

Lara Grand

Erreur n°7 : choisir un sol inadapté

Les carreaux de ciment, c’est tendance et esthétique, mais c’est aussi très fragile, rappelle Sara Camus Bouanha : “dans une cuisine, surtout si elle est petite, on a tendance à beaucoup piétiner et les carreaux de ciment vont se tâcher au fil du temps. Un sol foncé sera aussi beaucoup plus adapté qu’un sol blanc que l’on passera son temps à nettoyer”. Idéal, un carrelage ultra-facile d’entretien notamment devant la partie cuisson ou lavage ou un PVC imitation parquet.

>> A lire aussi >> 7 petites cuisines craquantes mais fonctionnelles !

Dans cette cuisine, on a mixé deux sols : du carrelage trés pratique et facile d'entretien devant la partie cuisson et lavage et un revêtement bois chaleureux et esthétique. Aménagement Benjamin Godiniaux.

Dans cette cuisine, on a mixé deux sols : du carrelage trés pratique et facile d’entretien devant la partie cuisson et lavage et un revêtement bois chaleureux et esthétique. Aménagement Benjamin Godiniaux.

Benjamin Godiniaux

Erreur n°8 : laisser un angle inexploité

Dans une petite cuisine, on n’oublie pas les parties en angle, quitte à mixer éléments standards et éléments sur mesure. “Pour ne perdre aucune place, il est bon aussi de réexploiter les angles de la pièce, remarque Sara Camus Bouanha, en installant des étagères sur mesure ou un meuble qui fait le coin.”

>> A lire aussi >> Ces 19 petites cuisines qui ont du charme

Aucun espace n'est laissé de côté : dans l'angle de la cuisine, on a installé un évier adapté. En face, l'architecte d'intérieur a prévu un petit plan de travail supplémentaire : recoupé à 30 cm, il fait aussi office d'étagère et permet de poser sa cafetière. Aménagement Sara Camus Bouanha.

Aucun espace n’est laissé de côté : dans l’angle de la cuisine, on a installé un évier adapté. En face, l’architecte d’intérieur a prévu un petit plan de travail supplémentaire : recoupé à 30 cm, il fait aussi office d’étagère et permet de poser sa cafetière. Aménagement Sara Camus Bouanha.

Sara Camus Bouanha

Erreur n°9 : négliger les parties hautes

Le mur au dessus de la porte peut facilement accueillir des chaises pliantes à l’horizontal, pour les ranger lorsqu’elles ne sont pas utilisées. De même, on peut monter un mur d’étagères jusqu’au plafond, en positionnant tout en haut de la vaisselle ou des ustensiles dont on se sert moins souvent.

Dans cette petite cuisine conçue par Benjamin Godiniaux, toutes les parties hautes de la pièce accueillent des étagères. Bien pratique lorsqu'on manque de place.

Dans cette petite cuisine conçue par Benjamin Godiniaux, toutes les parties hautes de la pièce accueillent des étagères. Bien pratique lorsqu’on manque de place.

Benjamin Godiniaux

Erreur n°10 : ne pas segmenter l’espace en différents univers

Une zone, une fonction : dans une petite cuisine, il convient d’identifier clairement les différents univers. En effet, plus on délimite des zones distinctes dans un petit espace, plus on donne une impression de grandeur à la pièce.

Univers lavage, univers cuisson... Les espaces sont clairement délimités. L'architecte d'intérieur a aussi choisi de créer un coin café avec la cafetière et des étagères dédiées. Aménagement Lara Grand.
chambre-avec-tete-de-lit-bleue-dressing-sur-mesure-malle-en-bois-banc_5856889

5 idées lumineuses à piquer à cette chambre

En panne d’inspiration pour la déco de votre chambre ? Pas de panique, Côté Maison a déniché pour vous une chambre lumineuse, truffée de bonnes idées à reproduire chez soi. Si l’univers lui est propre, rien ne vous empêche de vous en inspirer pour distiller un peu d’originalité dans la vôtre. A vos carnets !

En matière de décoration, de petits détails suffisent à créer un univers singulier, quelle que soit la pièce de votre maison. Dans la chambre, un conseil, misez sur une ambiance propice au repos. En 5 bonnes idées, cette chambre nous montre que le style est un savant mélange des genres…

>> Retrouvez le projet complet de rénovation de cet appartement parisien, réalisé par Alexandra Teboul

>> A lire aussi >> Bichonnez votre chambre pour moins de 200 euros

1. Du bleu profond en guise de tête de lit dans la chambre

Travailler le mur en tête de lit donne du caractère à la chambre ! Ici, un bleu profond signé Ressource happe le regard dès l’entrée dans la chambre. En plus de marquer la place du lit, la couleur donne de la profondeur à la pièce. La bonne idée supplémentaire dans cette chambre : le petit clin d’oeil coloré en rappel sur les coussins et une photographie d’un chemin quasi infini pour accentuer la profondeur.

Chez vous : optez pour une teinte apaisante, propice au repos, et ne l’utilisez que sur un mur pour ne pas tasser la pièce.

>> A lire aussi >> Chambre : 3 projets DIY pour réaliser sa tête de lit

Réalisation Alexandra Teboul

Réalisation Alexandra Teboul

Shoootin

2. Un banc au pied du lit

Si la place le permet, autant exploiter le bout du lit pour y installer un banc déco des plus pratiques. Un conseil, choisissez un banc de la même hauteur que celle du lit pour ne pas dénoter. L’idée, ensuite, est d’y déposer quelques affaires avant de les ranger dans vos placards, de composer avec quelques objets déco bien trouvés, ou encore d’y installer votre ordinateur pour des soirées ciné, confortablement lovés sous la couette…

Chez vous : soignez le choix du banc. Plutôt indus, esprit récup ou scandinave, à vous de choisir en fonction de l’ambiance recherchée. Outre les bancs, vous pouvez également opter pour des poufs individuels avec rangement, pour joindre l’utile à l’agréable.

Réalisation Alexandra Teboul

Réalisation Alexandra Teboul

Shoootin

3. Des rangements sous les fenêtres

Dans la chambre, on maximise l’espace au maximum pour libérer la circulation et offrir de nombreux rangements. Dans celle-ci, ce sont les dessous de fenêtres qui ont été exploités. Entre niches ouvertes et fermées, voilà de quoi ranger mais aussi mettre en valeur certains objets. Quelques paniers pour cacher les bibelots et des poignées de porte travaillées, autant de détails qui font la différence. Le meuble sur mesure a du bon…

Chez vous : concevez le vôtre en fonction de la configuration de votre chambre, et pourquoi pas imaginer en faire une banquette sous la fenêtre pour une pause lecture.

>> A lire aussi >> 12 idées pour une petite chambre bien aménagée

Réalisation Alexandra Teboul

Réalisation Alexandra Teboul

Shoootin

Réalisation Alexandra Teboul

Réalisation Alexandra Teboul

Shoootin

4. Du mobilier et des accessoires dépareillés

En déco, la tendance est au mix and match, réussi avec brio dans cette chambre. L’esprit maison de famille, avec la malle en bois foncé façon table d’écriture, côtoie le style indus du casier et de la commode en métal, façon meuble de métier. A cela s’ajoutent deux fauteuils en rotin pour la touche bohème, et une série de petits miroirs à l’allure rétro. Côté matières, même registre : du velours pour les coussins, du coton pour la parure de lit et du lin pour les voilages. Dépareiller pour mieux… cocooner !

Chez vous : c’est le moment de sortir du grenier vos objets de famille ou de parcourir les brocantes en quête de pièces originales. Osez le mélange sans forcer l’accumulation, au risque de tomber dans l’effet “musée”.

>> A lire aussi >> Le mobilier de famille tape l’incruste dans la déco

Réalisation Alexandra Teboul

Réalisation Alexandra Teboul

Shoootin

Réalisation Alexandra Teboul

Réalisation Alexandra Teboul

Shoootin

Réalisation Alexandra Teboul

Réalisation Alexandra Teboul

Shoootin

5. Quelques plantes pour l’esprit champêtre

Inviter la nature dans sa maison, c’est tendance aussi. Mais avec parcimonie, le résultat n’en est que plus appréciable. Une orchidéebien placée pour la fraîcheur, un lierre suspendu pour le côté sauvage et une fleur séchée romantique à souhait, cette végétation éclectique distille un vent de poésie dans la déco de la chambre…

Chez vous : si vous n’avez pas la main verte, un conseil, optez pour les plantes artificielles. Férus de naturel ? Misez sur des plantes purifiantes qui garantiront un air sain dans la chambre (entre autres : le lierre, l’aloe verra ou encore la lavande).

>> A lire aussi >> Tendance : on craque pour les vignes d’appartement !

Réalisation Alexandra Teboul

Réalisation Alexandra Teboul

Shoootin

Réalisation Alexandra Teboul

Réalisation Alexandra Teboul

Shoootin

Réalisation Alexandra Teboul
http-%2f%2fi-huffpost-com%2fgen%2f1806610%2fimages%2fn-park-628x314

14 projets montrant l’architecture du futur

“Tout grand architecte est — forcément — un grand poète. Il se doit d’être l’interprète original de son temps, son époque, son âge.”

Ces mots sont de Frank Lloyd Wright, que l’on peut sans conteste classer parmi les architectes de premier plan, et dont la vision d’un design harmonieux et d’un urbanisme innovant ont mené à la création d’une marque d’architecture organique. Certes, il n’était pas que l’interprète de son temps — il était en mesure de prévoir les besoins et désirs d’époques lointaines. L’architecte est — forcément — un visionnaire capable de voir le futur.

Pour confirmer la faculté de l’architecture à prévoir l’avenir, nous avons dressé une liste de nos projets contemporains favoris, qui permettent de se faire une idée sur le monde visuel de demain. Jetez donc un œil sur ces 14 dessins, pour une meilleure idée de l’architecture du futur.

1. Ponts hypnotiques

(Crédit: NEXT Architects)
Pourquoi concevoir des ponts ennuyeux ou des viaducs en arche lorsque l’humanité est capable de mettre sur pied de gigantesques prouesses architecturales comme celle-ci pour traverser une rivière? Ce projet impressionnant, ondulant, destiné à servir de passerelle piétonne surplombant le fleuve du Roi-dragon, en Chine, est la création de NEXT Architects. Les plans du pont prévoient trois voies individuelles tourbillonnantes, planant au-dessus des étendues pittoresques de Changsha.

L’année dernière, le projet a remporté une compétition internationale, couplé avec un nouveau parc public dans la même zone, et est en ce moment en pleine construction. “L’idée des connections entrecoupées est basée sur le principe de l’anneau de Möbius”, indique Michel Schreinemachers sur le site internet de NEXT. “D’un autre côté cela fait référence à un nœud chinois provenant de l’art décoratif traditionnel chinois”, ajoute John van de Water.

2. Grattes-ciels rotatifs

Cette image d’un gratte-ciel de 80 étages, imaginée par David Fisher, de Dynamic Architectureen 2008, est un projet lointain pour les prochains ménages fortunés de Dubaï. Pourquoi? Parce que le bâtiment tourne sur lui-même.

Cette tour énorme comprendrait des étages tournant légèrement, complétant une rotation de 360 degrés toutes les 90 minutes. Plus question de se battre pour un appartement orienté vers l’est, les suites du bébé de Dynamic Architecture permettraient de contempler les quatre points cardinaux. Et ce n’est pas tout. Le bâtiment serait équipé de quatre éoliennes géantes générant de l’électricité, et les occupants pourraient garer leurs voitures dans leurs appartements grâce à un habile système d’ ascenseurs.

Bien qu’on ne soit pas encore vraiment sûr que ce projet aboutira (il devait être opérationnel en 2010), c’est sans aucun doute un régal pour les yeux qui mériterait qu’on s’y attarde.

3. Parcs d’intérieur

park

(Crédit: Diller Scofidio + Renfro en collaboration avec Hargreaves Associates and Citymakers)
Au mois de novembre 2013, l’institut Strelka a annoncé le lauréat d’une compétition internationale en deux étapes pour la conception du parc Zaryadye, le premier parc à être construit à Moscou depuis plus de 50 ans. Le vainqueur était Diller Scofidio + Renfro (en collaboration avec Hargreaves Associates and Citymakers), qui proposait un projet particulièrement impressionnant basé sur la théorie de l'”urbanisme sauvage”, ou le concept d’un “paysage hybride au sein duquel le naturel et la construction cohabitent pour créer un nouvel espace public.

Le parc comprendra quatre typologies de paysage — toundra, steppe, forêt et marécages, avec des micro-climats augmentés permettant au parc de faire office d’espace public lors des rudes hivers russes. Concrètement, ces environnements quasi-intérieurs profiteront de températures régulées, de vents contrôlés et d’une lumière simulée permettant d’en profiter 24h/24 et 7j/7, tout au long de l’année. Comme l’expliquent Diller Scofidio +Renfro, “le parc Zaryadye incarnera simultanément le passé et le futur.”

4. Architecture invisible

barn

(Crédit: stpmj)
L’architecture invisible est la carte de visite du design de science-fiction, et nous sommes heureux de vous informer que les architectes d’aujourd’hui se sont penchés sur l’idée. Bien entendu, il existe l’Infinity Tower, projet en cours de construction illuminé aux LED. CNN a rapporté en 2013 que “l’illusion d’invisibilité pourra être atteinte grâce un système de façade LED high-tech utilisant une série de caméras qui projettent des images réelles sur la surface réflective du bâtiment.”

Mais il y a aussi la structure plus courte, moins tape-à-l’œil (représentée ci-dessus), pensée par la firme stpmj. basée à New-York. Cette grange en forme de parallélogramme serait faite en bois et recouverte d’une pellicule de miroirs, pour un coût de 5000$ (3700€). L’idée est de “brouiller les limites visuelles” entre l’objet et le cadre, d’après un texte explicatif envoyé par les architectes au Huffington Post cette année. L’habilité de ces derniers à pousser les limites de la définition d’invisible est proprement impressionnante.

5. Forts anti-catastrophes naturelles

forts

(Crédit: Dionisio González et Yusto/Giner Gallery)
Pour sa série “Dauphin Island”, l’artiste Dionisio González a conçu des forts oniriques et futuristes, faits de fer et de ciment, fusionnant le rôle de l’artiste avec ceux de l’architecte, de l’ingénieur et de l’urbaniste. Ses édifices très particuliers — à la croisée des chemins entre la maison de plage, le bunker et la navette spatiale — ont été conçus en pensant aux résidents de Dauphin Island. Situé au large des côtés d’Alabama, dans le golfe du Mexique, ce minuscule bloc continental est connu pour être le théâtre d’ouragans catastrophiques et perpétuels. Lorsqu’une tempête frappe la petite île d’une population de 1200 personnes, le plus grande partie du littoral est souvent balayée, obligeant les résidents à reconstruire encore et encore.

Dionisio González a dessiné des plans hypothétiques pour ses forts, prouvant que ses structures en ciment proéminentes conviendraient mieux à la population de l’île. Pour tout renseignement, le projet est disponible sur son site internet. Cependant, ces structures ne sont pas encore conçues pour le monde réel, mais elles donnent une idée nette de ce à quoi pourraient ressembler les maisons de plage dans le futur.

6. Pull-overs pour grattes-ciels

original

(Crédit: OP-EN)
Le Burj Khalifa de Dubaï est connu comme étant le plus haut bâtiment du monde, s’élevant à 830 mètres et 160 étages. La structure en elle-même laisse pantois, mais ce n’est rien par rapport à l’étrange projet d’un think tank de couvrir le gratte-ciel vertigineux d’un gigantesque étui en tissu réfléchissant.

Nous avons appris l’existence du projet, intitulé EXO-BURJ, en 2014. Cette couverture étrange, en forme de chaussette, recouvrirait le bâtiment dans sa totalité, de la pointe jusqu’au sol, à la façon d’un tissu “ultra-léger, réfléchissant et semi-transparent”, d’après une description du think tank basé à Dubaï, OP-EN. Ce “pull-over” temporaire refléterait le paysage urbain aux alentours, transformant le Burj Khalifa en un énorme mirroir dans la veine de Christo et de Jeanne-Claude.

7. Centrales nucléaires vertes

plant

(Crédit: AZPA)
Comment pourrait-on utiliser une centrale nucléaire immonde et obsolète dans le futur? Pourquoi ne pas offrir aux lieux une deuxième jeunesse verdoyante, qui aurait deux utilités: embellir la structure tout en profitant d’une nouvelle manière de lutter contre les émissions de CO2.

Voici comment fonctionnerait le projet: l’agence d’architecture AZPA (Alejandro Zaera-Polo Arquitectura) prévoit de transformer la centrale nucléaire de Wedel Vattenfall, en Allemagne, en un nouveau complexe industriel, construit à partir des installations déjà existantes et enveloppé d’un revêtement en tôle ondulée couvert de plantes grimpantes. Cette seconde peau placée stratégiquement permettrait non seulement d’adoucir l’aspect extérieur de la centrale, mais aussi de créer une gaine de plantes grimpantes capables d’absorber les émissions de CO2. AZPA décrit le projet, imaginé en 2013, comme “une tentative de résoudre le conflit entre l’écologie naturelle et l’environnement formé par l’homme.”

8. Tours compostables

towers

(Crédit: The Living)
En début d’année, le Musée d’art moderne et MoMA PS1 (à New York) ont sélectionné “les tours circulaires de briques organiques et réfléchissantes” — appelées “Hy-Fi” — de l’agence The Living en tant que lauréates de la 15e édition du programme Young Architects (YAP). La structure temporaire sera construite au moyen d’une nouvelle méthode de bio-design mettant à profit des matériaux entièrement organiques.

Comme l’a indiqué Arch Daily en février dernier, la tour proposera “l’assemblage unique de deux nouveaux matériaux: des briques conçues par Ecovative Design, constituées de tiges de blé et de structures en racines vivantes; et des briques réfléchissantes, conçues par 3M, utilisées comme des tutelles pour les briques organiques avant d’être ajoutées dans la structure.”

Bonus: selon le site du MoMA, Hy-Fi est la première structure de taille importante à atteindre un taux d’émissions carbone proche de zéro dans son processus de construction et constitue un projet 100% compostable. “Mettant à profit les dernières avancées en biotechnologie, le projet redéfinit la composante la plus basique de l’architecture — la brique — comme, à la fois, un matériau du futur et un tremplin vers des opportunités de design infinies.”

9. Intérieurs imprimés en 3D

Oubliez les décorateurs d’intérieur, le futur du design passera par les imprimantes 3D. Remercions les architectes Michael Hansmeyer et Benjamin Dillenburger pour nous avoir familiarisés avec ce concept. Ces derniers se sont fendus d’un concept à impression 3D pour rivalise avec les plus grands l’année dernière. Dans le cadre du projet “Digital Grotesque,” le duo a imprimé une chambre entière en 3D, créant un cube de 16m2 agrémenté de décorations hors du commun donnant l’impression d’appartenir à une cathédrale du futur.

Nous cherchons à créer une architecture défiant la classification et le réductionnisme,” peut-on lire sur le site internet du groupe. “Digital Grotesque se situe entre le chaos et l’ordre, à la fois naturel et artificiel, ni étranger ni familier. Toute référence à la nature ou styles existants n’est pas intégrée dans le processus de conception, mais plutôt évoquée en tant qu’association du point de vue de l’observateur.”

10. Piscines flottantes

pool

Difficile de ne pas aimer ce projet de design new-yorkais de Family and PlayLab, qui cherche à intégrer des systèmes de filtrage géants aux eaux obscures entre Manhattan et Brooklyn. Le projet prendrait la forme d’une piscine flottante de 50 mètres destinée à être utilisable en 2016 — si tous les projets de financement fonctionnent comme prévu. Si les piscines existent dans le futur, espérons qu’elles ressembleront à ça.

Dans un communiqué publié fin 2013, les maîtres ès piscine Archie Lee Coates IV, Dong-Ping Wong et Jeff Franklin ont annoncé avoir commencé les travaux sur Float Lab, une version expérimentale de la piscine de 50 mètres. Ils ont réuni les fonds pour une piscine plus petite (10m sur 10, pour être exact) via une campagne sur Kickstatrer. Cette version expérimentale devrait être dévoilée au grand public cet été et elle servira à tester en conditions réelles les membranes de filtrations conçues par l’équipe.

“Il ne viendrait à personne l’idée d’utiliser la rivière de manière récréative”, expliquait Coates au Huffington Post lors d’une entrevue. “Donc, en tant qu’architecte, je me suis dit “Et si je pouvais changer cela, ou trouver une idée permettant de changer cela?” C’est ainsi que nous en sommes venu à proposer l’idée de [+Pool] au monde. Nous n’avions aucune idée du genre de réponse que nous allions recevoir.”

11. Des salles de concert pneumatiques

nova

Vu de l’extérieur, on dirait un gigantesque dragibus, tandis que de l’intérieur, on se croirait dans un coquillage luminescent et coloré. En réalité, cette structure gonflable baptisée “Ark Nova” est la toute première salle de spectacle pneumatique au monde. Elle est le fruit de la collaboration entre le célèbre architecte britannique Anish Kapoor et l’architecte japonais Arata Isozaki et a initialement été conçue pour une tournée des villes et villages japonais touchés par le séisme et le tsunami de 2011. Voilà une idée novatrice qui pourrait ouvrir la porte à de nombreuses stratégies de design tout aussi novatrices dans de multiples domaines.

“C’est pour moi un honneur d’avoir reçu le mandat de créer Ark Nova pour la région de Tohoku”, confie Anish Kapoor sur le site Web de Ark Nova. “Cette structure définit, grâce à sa forme et sa couleur, un espace communautaire et musical. J’espère de tout coeur que la créativité fera fi de la destruction. La musique est source de réconfort et peut unir les communautés, elle combat l’isolement.”

12. Des grattes-ciel en bois

wooden

(Crédit: C.F. Møller)
L’idée d’un gratte-ciel construit en bois n’est certes pas aussi sensationnelle que l’édifice pivotant évoqué plus haut, mais il n’en demeure pas moins qu’un édifice de 24 étages entièrement fabriqué en bois est assez remarquable en soi, et il y a de fortes chances qu’il soit réalisé.

Ce projet est le fruit du cabinet d’architectes danois C.F. Møller, et il a remporté les honneurs lors de l’édition 2013 du concours architectural HSB Stockholm. Ce design pour le plus haut gratte-ciel du monde construit en bois est l’un des trois “grattes-ciel résidentiels ultra-modernes” prévus pour le centre-ville de Stockholm d’ici 2023. Mais attention: un seul des trois designs proposés sera construit.

13. Des parcs “éponges”

sponge

(Crédit : dlandstudio)
Ce n’est un secret pour personne que le Gowanus Canal, à New York, est un désastreux mélange de déchets toxiques, d’eau de ruissellement polluée et d’eau d’égout brute qui ont tous été — c’est très regrettable — rejetés directement dans les divers plans d’eau de la région. Il existe toutefois un petit projet répondant au nom de “parc éponge”, dont le but est de transformer cette zone de Brooklyn en sanctuaire propre et bien filtré, créant ainsi un modèle à suivre pour l’avenir de l’urbanisme.

L’organisme Gowanus Canal Conservancy et la firme d’architectes dlandstudio ont annoncé à l’été 2013, un plan de revitalisation qui utilisera des zones tampons ainsi que des marécages de remédiation afin de ralentir, absorber et filtrer les eaux polluées de Gowanus avant qu’elles n’atteignent le canal lui-même. Ainsi, non seulement le Parc Éponge transformera-t-il 11,4 acres de terres contaminées en zone riveraine agréable, mais il offrira également une solution continue d’absorption des polluants qui continuent de contaminer ce champ de bataille industriel.

“Dans ce processus nommé phytoremédiation, des plantes spécialement sélectionnées métabolisent les polluants et les métaux lourds qui se trouvent dans les eaux contaminées”, peut-on lire sur le site Web de l’American Society of Landscape Architects. “Les eaux usées provenant des systèmes d’égouts sont stockées puis relâchées doucement dans ce système paysager.”

14. Sci-Fi Skylines

sky

(Crédit : MAD)
En 2014, l’entreprise chinoise d’architecture MAD a dévoilé les rendus de son concept pour le Chaoyang Park Plaza, un centre urbain de grattes-ciel, d’immeubles à bureaux et de places publiques conçu pour ressembler à un horizon fait de montagnes, de vallées et de lacs comme on peut en voir dans l’art chinois traditionnel. Le complexe est en pleine construction à Beijing et, au final, la silhouette sera, à n’en point douter, digne des meilleurs romans de science-fiction.

“En métamorphosant ainsi les figures traditionnelles de l’art pictural chinois — lacs, sources, forêts, ruisseaux, vallées et rochers — en paysages urbains modernes, cet espace urbain crée un équilibre entre densité urbaine et paysages naturels”, avance MAD sur son site Web. “L’aspect formel des édifices fait écho aux formes présentes dans la nature et permet ainsi de ramener la nature dans l’espace urbain.”

Heureusement pour Beijing, la construction de cette silhouette urbaine novatrice bat déjà son plein.

teamwork-606818_1280

How To Build A Construction Plan

Learn how to market your contractor business professionally. In depth knowledge of attracting clients with online marketing strategies and deep thinking about who you want your clients to be.

The housing industry has proceeded at a red-hot pace for several years running. An all-time record was set in 1998, when 886,000 new-site single family homes were sold. That represented a 10% gain from the robust total of 804,000 homes sold in 1997, and an 8.1% rise from the prior record of 819,000 units in 1977. Single-family housing construction accounted for $48 million of the total $125 million generated in the industry.

Continue reading “How To Build A Construction Plan”